01/10/2014

Les tiroirs , amis pour la vie

Jérôme a travaillé des heures pour rénover la salle de bain , le résultat est à la hauteur , fonctionnelle et praticopratique comme on dit !

Le suédois nous bien aidés , meuble lavabo et meuble de cuisine assorti , la baignoire vintage a été déplacée , bref , ça nous plait !

Cette pièce est principalement équipée de tiroirs

Les tiroirs !

Sont nos amis pour la vie

Ah lala , imaginez , des cases , des petites boites et voilà , tout est accessible

DSCN3965.JPG

On se croirait chez sefora et mes vernis chamel sont protégés, bien à l’abri des voleurs et des bandits

Relooking du dressing également, deux tiroirs supplémentaires

DSCN3954.JPG

Terminé les piles de draps qui s’effondrent , les taies d’oreillers que l’on doit déplacer  , remettre en pile , les tops qui se mélangent au tee shirts , chacun sa place , les veaux sont bien gardés

J’aime de plus en plus trier , séparer , raz le bol des armoires ou placards  en vrac , le tiroir est notre ami

DSCN3955.JPG

Y’en a partout

Tiroir pour les verres

DSCN3970.JPG

Tiroir pour le matériel de bureau

DSCN3971.JPG

Tiroir pour les matériaux déco

DSCN3972.JPG

Cases , séparations pour ma dinette

DSCN3973.JPG

J’aime les tiroirs

Ah bien sur , faut pas se laisser envahir , faut régulièrement remettre le nez dans ces tiroirs et surtout , ne plus garder ce qui ne sert pas , règle numéro un !

Les tiroirs sont malins , ils ont cette capacité de garder des choses que l’on croyait perdues , comme ce carnet de voyage en Irlande que j’ai relu il y a quelques jours, c’était en  1991

J’en publierai des extraits

Et tous ces trucs qu’on ne jette pas , une clé qui ouvre rien , un taille crayon usé ,un playmobil …Un crochet , des anches en bambou pour clarinette

Oui , on a ça ….

22:00 Écrit par Jeanne dans Tracas du quotidien | Lien permanent | Commentaires (11)

30/09/2014

La panique

Nous parcourons la campagne mayennaise en voiture ,  je n’ai pas trop envie de trainer , mais je ne suis pas maitre du véhicule , je patiente

Arrivés dans un hall , j’aperçois la scène au fond de la salle , les techniciens s’agitent , des tas de sacs , valises déposés en vrac un peu partout , quel bazar !

L’heure tourne , les femmes commencent à passer leurs tenues , je cherche ma petite valise , impossible de la retrouver , je m’affole , tout le monde est prêt , pas moi

Je la retrouve enfin , et là , gros doute , je n’ai pas mis ma robe noire ,si , la voilà , mais faut enfiler les collants , pas le temps , pas de maquillage , tout le monde est déjà sur scène , je renonce , je ne ferai pas la première partie , pas coiffée , pas de bijoux , ce n’est pas possible

Pour la deuxième partie , je commence à vider cette valise , bon sang mais merde ! où est mon débardeur bleu ?

Tiens , voilà , du bleu , ça va aller , mais non , mince c’est un pantalon en voilage , qu’est ce que je vais faire de ça ?

Autour du cou ?

Ça s’installe , je suis certaine de ne plus avoir de place sur scène , je ne vais pas pousser les autres ? le public applaudit déjà , mes chaussures blanches ne sont pas fermées , je ne peux pas débarquer comme ça

Je ne ferai pas le spectacle …

Il faut renoncer

Tristesse

J’ouvre les yeux , il est presque 4h 30 , pas encore l’heure de se lever

La tournée « Un Jour la Liberté « reprend dans 5 jours

Ça me travaille …

 

 

 

06:00 Écrit par Jeanne dans aujourd'hui | Lien permanent | Commentaires (27)

29/09/2014

Devoirs , leçons ...jamais !

 

bonnet-d-ane.jpgRégulièrement, comme vous tous certainement, me reviennent des souvenirs d’école

Je n’ai pas de bon souvenirs, ou très peu.

L’école, le collège étaient source de stress, de peurs, d’attente interminable, de bousculades, de frustrations.

Je n’ai jamais vraiment apprendre, surtout faire mes leçons, j’avais horreur de ça, les poésies par cœur, les leçons de conjugaison, l’auto dictées, les tables de multiplication

Je n’avais aucun attrait, aucun intérêt pour les apprentissages.

Quand à leur tour, les enfants ont du se mettre face à leurs livres et cahiers après l’école, je ne savais pas les faire réciter, les interroger, vérifier si la leçon était sue

Je n’ai pas aimé apprendre

Il y a quelques jours, j’ai fait des recherches pour mener à bien une intervention sur les carences affectives du nourrisson

J’ai fait des recherches afin de finaliser un document adapté à mon auditoire

J’ai aimé faire ça, j’ai réalisé que je n’avais pas retenu grand-chose de mes années d’études, tout au moins pas assez mémorisé les travaux des psychiatres et psychanalystes qui ont permis l’avancée dans la connaissance du nourrisson

Mon cours est bien passé

Pour autant, je sais que les personnes présentes auront retenu peu de choses, c’est ainsi.

J’apprends depuis des années : des dizaines de chansons par cœur, des mises en scène, j’apprends à utiliser des logiciels, j’apprends le jardinage, je progresse toujours mais je n’ai pas de maitre

Personne pour m’évaluer, personne pour me punir

J’ai toujours eu peur des sanctions quand j’étais enfant, peur de la mauvaise note, peur de ?

Au lycée les choses ont basculé, les sanctions étaient inexistantes…

J’accepte le regard, le jugement des autres, les conseils, les ajustements mais je n'aime pas qu'on me fasse la leçon, la morale , les conseils de caniveau gonflés de culpabilité ...

De mes années scolaires, il me reste des connaissances de la langue française, aucunes connaissances en mathématiques, ou très peu, quelques rudiments en anglais.

Je n’ai pas réussi à accompagner mes enfants dans leurs apprentissages

C’est une réalité

Je n’ai pas su les aider à apprendre

Pour autant, ils feront leur chemin

Je leur ai apporté du rêve, de l’imaginaire, de la liberté de ton …

Ça ne fait pas tout

Je suis une grande rêveuse …

06:00 Écrit par Jeanne | Lien permanent | Commentaires (18)

27/09/2014

Une parenthèse

 

 

Nous avons roulé presque deux heures avec Laura et Fred  à la nuit tombante, sous les éclairs et le ciel apocalyptique, en parlant sans cesse, de nous, de tout

J’étais épuisée, fin de semaine, toute juste remise de l’anesthésie, après deux journées de travail bien remplie

 

Mais, partir en week end entre amis, ça ne se boude jamais, surtout dans les Côtes d’Armor

Flora et Gilles nous attendent dans la petite résidence de vacances, le diner est prêt

Nous prolongerons jusqu’à minuit

Lendemain matin, petit déjeuner dans la véranda et en route, pique nique dans le sac, pour embarquer sur l’Ile de Bréhat, sous un ciel azur, un soleil franc

IMG_1202.JPG

On est heureux tous les six, tout simplement

IMG_1209.JPG

Nous avons décidé de vivre un week end par an une escapade organisée par l’un des couples, sans enfants, sans contraintes

L’an dernier, c’était le Nord Cotentin

Le cadre est un enchantement, des géraniums grimpants, d’agaves géants, des plantes bizarres, c’est tout simplement beau !

IMG_1225.JPG

IMG_1227.JPG

IMG_1230.JPG

 

Pause pique nique, la brume se pointe, mais il ne fait pas froid

Nous poursuivons l’exploration de l’ile, le moulin de la marée, superbe, et puis un café sur la petite place, des bavardages, des rires, des confidences

IMG_1242.JPG

 

Retour sur la terre ferme vers 18 heures, passage rapide à l’Abbaye de Beauport, ça va fermer, trop tard pour la visite, balade en extérieur

Puis, diner dans un excellent restaurant face à la mer, un régal

J’étais épuisée mais bien, vraiment bien sur cette côte

Le lendemain, petit déjeuner tranquille, promenade sur la plage Bonaparte, Fred et Laura ont rejoint la Mayenne, pause sur le magnifique port de Gwin Zegal puis déjeuner dans la véranda, galettes, tout simple

IMG_1247.JPG

IMG_1265.JPG

Ellen est passée à la maison, elle a organisé le rangement avec son frère à l’agonie, elle a préparé le diner, Rose est rentrée dans l’après midi, elle avait passé du bon temps chez Juliette et Pierre Henry

Nous avons roulé deux heures à peine, retrouvé la maison qui sentait bon

Luka nous a rejoint, nous avons diné tous les six, la famille, la mienne, la notre au complet

C’est simple à organiser, c’est bon septembre

Prolonger l’été

C’est tout …

Nous avons déjà nos destinations pour 2015 et 2016

IMG_1235.JPG

17:39 Écrit par Jeanne | Lien permanent | Commentaires (17)

24/09/2014

Faut pas le dire

 

 chut.jpgCe n’est pas dans son habitude de rater une répétition, personne ne savait pourquoi Angèle était absente

J’apprends plus tard qu’elle a eu un accident cardiaque, elle est hospitalisée, tirée d’affaire

Son mari ne veut pas que ça se sache, silence !

 faut pas le dire

Ça me sidère de taire un état de santé, chaque malade a besoin de soutien, de petits mots, de réconfort

En passant sous silence, on ne sait pas comment se manifester

Ça me rappelle cette femme qui s’était jetée sur la voie ferrée, les deux pieds sectionnés

Ne fallait pas le dire …

La presse en avait parlé, tout le monde a vite le rapprochement

C’est curieux ces gens qui cultivent le mystère, ne veulent pas qu’on parle d’eux

Louis a une vieille copine, Théssa, qui est incroyable dans ce domaine là

Elle n’a pas de téléphone, pendant longtemps elle a caché son adresse a ton son entourage, elle ne possède pas de PC, ne prévient pas de ses visites, met en place des tas de stratagèmes pour que personne ne sache qui elle consulte, ou elle va, ce qu’elle fait

Elle est parano, toute sa famille est comme elle

Rien ne doit être su, c’est inimaginable

Paradoxalement, d’autres s’étalent à outrance

Même dans la vie courante

Je me souviens d’une personne à la banque qui déballait toute sa vie au guichet, ou mon banquier qui me raconte ses vacances, sa femme qui a mal au dos ….

Si j’avais passé sous silence la maladie de Louis, sa période de profonde dépression, je ne sais pas s’il aurait retrouvé ses amis avec autant de facilité

L’entourage est une forteresse pour avancer, rester isoler, c’est nécessaire un temps, un peu, pour comprendre, pour apprivoiser la difficulté

Je crois que les blogs ont cet avantage là

On dit, sans trop dire, tout au moins à des personnes qui ne savent presque rien de nous

On peut noircir le trait, déformer aussi, c’est à chacun de lire à travers les mots, ne pas s’engouffrer systématiquement dans la compassion « gnangnan », ce n’est pas ça que l’’auteur attend

J’attends encore un peu, puis je téléphonerai à Angèle

Je l’ai connue dans un autre contexte

Nous avons partagé des choses fortes

Elle me fait confiance

Ne pas forcer

Ne pas faire la sourde oreille …

21:59 Écrit par Jeanne | Lien permanent | Commentaires (12)

22/09/2014

La reprise

 

 Levée pas trop tôt, juste le temps de me préparer, habillée et maquillée simplement, pas de » trop « 

J’ai repéré le lieu la veille, je connais le quartier au nord de la ville

Je propose à Mark de le déposer à la fac qui se trouve tout prêt, c’est bien pour lui

A l’entrée du bâtiment, je me présente à l’accueil, une femme me donne la feuille de présence et des tickets pour le déjeuner

C’est la première fois de ma vie où mon repas est pris en charge, je suis contente, j’ai un ticket, je me garde pour un autre jour, j’irai avec une copine au FJT, j’ai besoin de rentrer chez moi et j’ai le temps

Les stagiaires s’installent autour de la table, la pièce est agréable, le mobilier est neuf, le café est offert, j’ai tout le matériel nécessaire

Je leur demande de se rapprocher

J’écris leur prénom sur des cartons pliés avec un marqueur, ça servira de chevalet

Je me lève pour donner à chacune leur chevalet de table

Ça compte un prénom

Je me présente

Indique les formalités pratiques

Nous convenons ensemble des horaires

Je me sens très à l’aise

Ça fait dix mois que je n’ai pas travaillé mais je n’ai rien perdu de mes habitudes

Je repère les principaux indicateurs pour démarrer ce module de formation qui se déroulera sur 24 heures, en 6 journées

Ça va aller

Je le sens …

Je suis à ma place

Aucuns regrets …

Mon contrat est dans une enveloppe en kraft

Il me reste plus qu’à le signer

10295797_10202863159126010_4370247428797352479_n.jpg

22:37 Écrit par Jeanne | Lien permanent | Commentaires (13)

19/09/2014

La vie qui va

 

 Deux jours de repos, des visites de mes amies précieuses toujours là

Des confidences, des événements partagés qui bouleversent, qui me rappellent toujours plus combien la vie est précieuse.

Des moments délicieux avec mes amis

Un rendez vous professionnel, un accueil charmant et me voilà de retour sans temps de préparation devant une dizaine de stagiaires adultes

S’adapter, vite et bien

Je sais faire

D’autres demandes qui tombent

La vie me sourit

Merci Alain pour ta carte de St Trop

Merci Nicole de t’inquiéter

Merci Mahie pour ta fidélité

Eric, promis, Lundi

Célestine, merci pour tes mots

Je pars en Bretagne pour le Week end en Bretagne

Ça va être bien

IMG_1117.JPG

 

 

19:13 Écrit par Jeanne | Lien permanent | Commentaires (18)

18/09/2014

Epilogue

 

Le Dr Milk arrive dans la chambre

« Vous allez bien ? « 

Mais oui, ça se voit

Je suis prête à déguerpir

« Voilà, faut que je vous dise … heu, votre kyste, et ben, il avait disparu … »

Hein ???

Oui , plus rien , donc , il bafouille un peu , refait l’historique , le diagnostic , dit qu’il était d’accord sur le fait qu’il fallait mieux enlever ce kyste ovarien , mais …

Se lance dans d’autres explications, je ne comprends pas tout malgré ma VAE médecine faite après avoir visionné les 330 épisodes d’Urgences au mois deux fois, soit plus de 600 heures  de formation d’urgentiste

Il a trouvé d’autres kystes fantômes qui se déplacent, a été clair «  faut plus s’occuper de ça ! »

Ah !

Il conclut

Madame, je dois admettre que l’opération a été inutile

Bon …

Je peux rentrer ?

Mais bien sur !

Pas procédurière la Jeanne, n’ai pas cherché à incriminer quiconque, un échographies aurait évité sans doute l’intervention

Allez c’est fait, on va refaire le film

On se quitte cordialement

Jérôme arrive, embarque mes quelques affaires

Je salue chaleureusement Toinette ; lui souhaite bon courage

Vers 19 heures, je retrouve ma maison, mon lit, Rose et Mark

Je me repose

Repense à cette aventure.

Et tout à coup, ça fait tilt

Bon sang ! Mais je suis allée à Fatima cet été

Et ben voilà, le miracle a eu lieu

Ne faut pas chercher plus loin

Je me décide alors à demander une petite compensation à la clinique

Un  geste commercial

 

notre-dame_de_fatima.jpg

 

06:00 Écrit par Jeanne | Lien permanent | Commentaires (12)

17/09/2014

L'intervention

 

 

7 H00 du mat

« Bonjour Toinette, commencez vous sentez vous ? « 

Elle appréhende, elle devra attendre toute la matinée

« Vous avez de la chance vous … »

Le premier SMS tombe à 7h30, me donne le sourire, je sais que je ne suis pas seule dans cette expérience, tout au moins entourée par des pensées et j’en ai besoin

J’ai déjà le PC sur les genoux, ça fait sourire ma coloc, « pas de temps à perdre «, je fais une douche à ma Bétadine, enfile la robe bleue en papier et me voilà prête

8h15 l’ambulancier déboule, charlotte et chaussons et me voilà embarquée sur un fauteuil roulant, première fois de ma vie, ça file, il est à moitié énervé le coco

Première étape, me voilà sur un brancard, pose de la perfusion, aucune peur, aucune appréhension de rien, c’est bizarre, chaque soignant coordonne, explique ses gestes, c’est fascinant

Je dis aux infirmières qu’elles sont de vraies abeilles

Calée sur la table d’opération, masque sur le visage, électrodes, le produit va être introduit

Madame » pensez à quelque chose d’’agréable … »

Pas de mal à trouver, je ferme les yeux …

NOIR

« Madame T vous êtes en salle de réveil, l’opération s’est bien passée, on ramène dans votre chambre dans 1O minutes

J’ouvre les yeux, et j’aperçois un beau brun en costume vert, et ce n’est pas désagréable

Comment il s’appelle celui là ?

J’écoute les conversations, des rideaux séparent les dormeurs, ça bip, c’est calme.

Je sens un fourmillement dans mes doigts gauche, j’ai une pince comme dans Urgences, mais je n’ai pas tuyau accroché au nez

En quittant les lieux, je remercie Bruno, j’ai entendu son prénom, et il est content, les ambulanciers blaguent avec nous, faut pas dramatiser dans ces moments, je ne suis pas à l’agonie

J’ai toujours la ferme volonté de rentrer le soir même

De retour dans ma chambre, Toinette n’est plus là

J’envoie quelques SMS, il est 10 h 30, tout va plutôt bien, pas de douleurs

Je lis les messages sur mon mur FB, plein de mots gentils, ça m’accompagne c’est tout, dans le calme et le silence

Je somnole un peu

J’aurai droit à un verre d’eau plus tard

Toinette est revenue, elle souffre, la pauvre…

Je ne peux pas faire garde malade, je m’occupe de moi, j’ai assez, c’est ainsi

Vers 16 h je mange , j’ai faim , l’infirmière passe ,me débranche ma perf , j’ôte la robe en papier bleue , je passe une robe légère , je n’ai pas de vertiges , quelques maux de tête , j’attrape ma trousse de toilette , je me coiffe , me maquille

Et j’attends la visite du Dr Milk

Sereinement …

Toinette me dit qu’elle préférait que je reste  pour la nuit

Je  comprends …une présence

 

IMG_1126.JPG

 

 

10:53 Écrit par Jeanne dans aujourd'hui | Lien permanent | Commentaires (5)

15/09/2014

L'admission

 

 

J’ai suspendu le linge sur le fil, tout était prêt, pas loin de 15 heures beau soleil

J’ai dit à Jérôme, tu me déposes devant le hall de la polyclinique, pas question que tu attendes avec moi, on fera quand on sera vieux et grabataire

Je me suis présentée à l’accueil, quinze minutes plus tard, une femme m’a appelée et je suis montée avec une femme d’à peine 60 ans et j’ai demandé

«  Vous n’avez vraiment pas de chambre particulière ?

Le concept de la colocation ne me plaisait guère, si j’avais pu éviter

J’ai posé ma petite Delsey sur le lit, j’ai posé en vrac les quelques fringues dans une commode j’ai branché mon pc, et rentré le code wifi j’ai regardé la femme, lui ai souri « moi c’est Jeanne ! »

Moi c’est Toinette

J’étais là pour quelques heures, pas vraiment le choix, si ce n’est celui de la date, j’étais sereine, mais je n’avais pas l’intention d’amuser le service

Une aide soignante fait irruption dans la chambre

« Hé mais je vous connais vous, vous êtes à la chorale »

Ça commence

On cause, elle est ravie, de son fils, tout ça …

Elle prend ma tension, tempé, je ne suis pas malade

Il est 16 heures, je réponds à des mails, nous aurons la visite de l’anesthésiste, très bien, j’envoie un SMS à Clotilde pour lui proposer de passer

J’ai un bracelet au poignet, je suis fichée !

L’anesthésiste nous confirme l’heure de l’intervention, mangez rien après minuit, c’est tout

D’accord

Je descends dans le hall, me perd dans les couloirs, à l’extérieur, je croise une gentille femme que j’ai connu il ya bien longtemps, elle attend un bébé, nous échangeons un moment

Clotilde arrive, nous faisons une petite balade en papotant, puis retour dans la chambre, mon plateau repas va être servi

Puis le Dr Milk arrive, il reconnait Clotilde, ils se mettent à papoter, c’est détendu, sympa, Toinette doit me prendre pour une fofolle mais ça met de l’animation

Puis je regarde le chirurgien, yeux doux, lui demandant s’il était possible de rentrer le soir même

Il lève les yeux au ciel, et me dit

Bon, on avance l’intervention à 8h30, je vais me débrouiller, on aura plu de marge

Merci !!

Il est charmant

Clotilde quitte les lieux, je pianote sur mon pc, le nuit tombe, je fais le pitre, Toinette se détend, je joue avec la commande de mon lit électrique, nous prenons un somnifère, le lendemain matin, debout vers 7h15, je ne serai pas en retard

Je n’ai pas peur

Je ne suis pas malade

 

IMG_1127.JPG

 

22:45 Écrit par Jeanne | Lien permanent | Commentaires (13)

12/09/2014

ça brasse !

 

Bleck a raison , avec Jeanne , faut que ça brasse et par que sur ce blog

Faut dire que je suis servie depuis quelques jours

La rentrée chantante a été dynamique , 50  candidats à postuler , la salle pleine à craquer , le retour de Clarisse et de notre basse sympa , radieux , et mon grand Mark au milieu de mes copains , le plaisir de chanter , bon sang ça manquait !

Et un déjeuner partagé , des bavardages , et hop me voilà contactée pour une formation qui commence la semaine prochaine , je remets un pied dans la vie professionnelle , et c’est bien

Je doserai mes interventions , sans avoir besoin de faire un statut d’auto autre-preneur

C’est parfait

Et là , au moment même où vous allez lire ce billet , je serai profondément endormie , sur un brancard , ou sur un lit , au milieu des blouses blanches

Paniquez pas , une intervention banale , programmée depuis quelques mois , je vais vite m’en remettre

Je n'ai pas informé ma mère de cette intervention , elle se tracasse trop , ça sert à rien , je lui dirait plus tard , faut pas l'inquiéter ..

Evidemment , je raconterai la première journée à la clinique qui fut épique , comptez sur moi !

Jeanne à l’hôpital , c’est quelque chose

Ça brasse aussi !

 

IMG_1123.JPG

 

06:00 Écrit par Jeanne | Lien permanent | Commentaires (23)

11/09/2014

Jeanne la bricoleuse

 

Mes journées sont bien remplies : jardin , cuisine , confiture , bavardages , ménage , beaucoup , et bricolage

Me voilà installée dans l’ancienne véranda , je me lance dans les tableaux collage végétaux

J’en reparlerai

En off , j’ai trouvé cette boite en plastique

Collage de papier recyclé autour

 

IMG_1113.JPG

 

 

Quelques rubans , cabochons et

 

IMG_1115.JPG

 

de la Sphaigne

 

IMG_1114.JPG

 

Des boutures de plantes

Et hop !

Voilà un cadre végétal qui ne demande qu’à pousser

 

IMG_1119.JPG

 

Arroser de temps en temps et lui causer

 

IMG_1120.JPG

 

06:00 Écrit par Jeanne | Lien permanent | Commentaires (19)

10/09/2014

Faut pas gâcher

 

 Ce matin là, j’ai prévu d’acheter courgettes, tomates, poivrons, betteraves rouges et rhubarbe

Nous avons quelque peu modifié notre alimentation depuis le mois d’aout, cela m’oblige à plus d’organisation et de rigueur, non pas qu’avant nous mangions des cochonneries, mais j’en reparlerai plus tard

Sur un étal, une dame, 80 ans peut être un peu moins se tient debout, fatiguée, elle a fait trois fagots de rhubarbe fraiche, vous la faite à combien ?

Trois euros mais là, j’en ai marre, deux euros la botte, j’en peux plus

Je prends tout pour 5 euros, c’est parti !

Une autre femme se penche, la vieille dame a sorti de son cabas une dernière botte, elle sera vendue sur le champ

Elle m’explique qu’elle est là depuis deux heures, qu’elle en a marre que ce n’est pas valable que c’est du travail, ça vaut pas le coup

Je lui dis «  en même temps ça pousse tout seul

C’est vrai

Elle vend des tiges, ce n’est pas comme du miel, y’a de la transformation pour le miel, pareil pour le foie gras, des tiges coupée, c’est moins de travail

Elle est contente, elle va pouvoir rentrer, deux heures, 7 euros et je ne compte pas la patente

Ne faut pas perdre

Ah ben oui, c’est ça le problème, des fruits, des légumes, faut pas les gâcher.

C’est bien propre à une génération, faire des conserves même si la cave est pleine, des confitures alors qu’il y en a déjà 70 pots non écoulés de l’an dernier

Ceux qui ont manqué

Je n’imagine pas un moment ma mère allait vendre ses œufs ou de la salade sur le marché de Bricquebec

Mes parents vendent un peu aux voisins qui demandent, pommes de terre, œufs, et le reste, ils donnent, des laitues quand y’en a c’est cadeau

Je ferai pareil avec mes confitures de rhubarbe, je vais en offrir, j’ai le temps pour les faire, ce sera un petit cadeau simple toute l’année

La rhubarbe était tendre, magnifique, j’ai refait deux kilos de confitures

A un vieux monsieur j’ai acheté des betteraves rouges crues, elles sont excellentes, rien à voir avec celles que l’on achète sous vide en  supermarché

Le vieil homme est envahi de prunes et de pêches blanches

Les fruits ont donné cette année

J’ai trouvé une recette de mousse de pêche, délicieuse, accompagnée de spéculos, un régal

En juin, beaucoup de cerises sont tombées de l’arbre à cause des oiseaux

On s’en remet …

 

IMG_1112.JPG

j'aurai de la rhubarbe dans mon jardin la semaine prochaine , elle ira au congélateur pour les tartes de l'hiver

 

 

06:00 Écrit par Jeanne dans Tracas du quotidien | Lien permanent | Commentaires (13)

09/09/2014

Vieilles bâtisses

 

 Ce jour là, je suis allée voir une expo photo dans un espace dédié aux œuvres diverses dans  notre petite ville

J’avoue que l’expo photos ce n’est pas mon truc, tout comme les blogs photos d’ailleurs, si y’a pas de pertinence, d’originalité de l’image…

Tristan m’a rejoint  là bas, nous avons salué la présidente du club avec lequel nous avons un partenariat pour la troupe et entamé la visite

Une série autour de l’ancienne fonderie de Port Brillet était originale, lieux devenus déserts après avoir été vivants, bruyants

Les bâtiments méritent d’être conservés, après la fermeture de l’usine en 2011 mais tellement de charges financières, qui lanceront un nouveau projet ?

Sur les murs sont exposés divers clichés de notre ville, la rivière, des fleurs, des insectes, excellente technique mais peu de grande originalité dans les sujets  …

Un peu plus loin une série sur l’intérieur du Château neuf, ancien palais de Justice de notre ville, un bâtiment immense qui domine la rivière, tout frais rénové en façade

10479554_10202586615692597_3161810738929098966_n.jpg

L’intérieur est un désastre, des salles magnifiques où les plafonds s’affaissent, les poutres s’écroulent,  trop couteux de les rénover, peu de finances, de projets réalistes.

Un nouveau Palais de Justice a été construit, que deviendra donc l’ancien, un décor ?

Et forcement, je pense aux billets de Pastelle qui a visité un hôtel de luxe à l’abandon et qui nous a offert une série de photos exceptionnelles

Fini le temps des grandes bâtisses haussmanniennes si elles ne peuvent pas être rénovées et de nouveau investies, désolant.

Au Portugal, nous sommes passés devant un hôtel abandonné, les grilles étaient rouillées, l’herbe envahissait les jardins, je me demandais ce qu’il était arrivé, l’endroit est une station balnéaire très fréquentée

IMG_0749.JPG

Un incendie ? Trop de travaux

Je n’aime pas les lieux abandonnés, ça me fait bizarre, l’abandon est la chose tellement redoutée

On construit, toujours, rénover est trop couteux, c’est dommage …

Nous avons croisé Gwenolé à l’expo photos, il a toujours tout vu, tout fait, on connait le bonhomme, il nous fait sourire …déposé un mot sur le livre d’or

Les photographes sont comme les blogueurs, ils aiment recevoir de commentaires …

06:00 Écrit par Jeanne | Lien permanent | Commentaires (7)

08/09/2014

Lacher l'affaire

 

Jeanne , faut que je te dise , ton blog , au début c’était nouveau , j’aimais bien lire tes histoires , et  puis les commentaires des uns des autres qui prolongeaient le plaisir , c’était ma détente

Mais là , je ne lis plus , ne commente plus

Ne le prend pas mal, mais je me suis lassé

C’est un peu comme un vétéran scout qui s’accroche à son uniforme usé , ses insignes , ses photos ,il a pris du bon temps , mais ne lâche pas l’affaire

Jeanne, ne te vexe pas , mais ..

Tu as bien du mal à fermer la boutique , tu penses peut être que tu peux perdurer dans ce monde là , mais tes heures de gloire sont résolues

 Philippe Bouvard a fini par lâcher ses « grosses têtes « , tout arrive

Tu pourrais ouvrir un autre blog non ?

-Pour y mettre  quoi ?

Ecrire tes anecdotes , mais ne plus les publier

-La motivation va manquer

Fermer la boutique

Ou laisser en friche

Mettre ton énergie ailleurs

Tout ça en même temps

A présent , tu peux t’en aller

Quand ?

Maintenant , trouver une date butoir ?

Laisser la flamme se consumer

Ça s’éteindra tout seul

Comme les autres

Et tout le monde oubliera vite tu sais

Oui , faudrait arrêter de parler de chœur , de cœur , de chats ,de la mer , de ta ville qui n’a rien d’extraordinaire , de tes sorties banales , de tout ça..

Faudrait tu sais Jeanne ..

Tu pourras relier tes meilleurs billets et garder deux , trois exemplaires

Tu feuillèteras de temps en temps , comme une diva écoute un vinyle craquant vieux de 40 ans ,  repensant à la salle Pleyel , comme un routard relis ses quelques notes sur un carnet à spirale griffonnées sur un quai de gare , comme un commerçant en retraite replace les conserves de sa cave comme celles de sa boutique …

Prend ta retraite Jeanne

Déjà ?

Oui , dans la blogosphère , faut pas trainer , ça lasse

Mais y’en a qui sont plus vieux que moi ?

Ils se posent les mêmes questions , ont essayé de baisser le rideau , ils reviennent toujours dans leur boutique à histoire

C’est dur de lâcher tu sais , mais une fois que c’est fait , on oublie vite

Je sais ..

Va falloir y penser

Sérieusement

IMG_0750.JPG

06:00 Écrit par Jeanne dans reflexion | Lien permanent | Commentaires (36)