Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Anecdotes d'hier et d'aujourd'hui - Page 5

  • se projeter mais pas trop ...

    Je n’appréhende pas l’arrivée de l’automne parce que j’ai passé un très bel été

    Je ne pense pas encore au moment où je vais devoir rentrer mes pots , arracher les capucines gelées , les tiges de pâtissons rabougries

    Je n’appréhende pas l’automne parce qu’il sera rythmé de bons moments

    Et qu’un événement viendra mettre une sacrée dose d’amour dans ma vie et que j’en ai jamais assez

    Je ne pense pas à l’hiver , j’appréhende un peu la reprise du travail mais je n’ai guère d’inquiétude quand à la place que j’y occupe

    Je vais travailler deux semaines et je serai déjà en vacances, je sais , c’est un luxe mais c’est comme ça

    Je travaille beaucoup dans la maison, j’y assure tout le ménage , lessives , courses , papiers , jardin , tout , le bois à rentrer , les arbres à tailler …

    C’est du travail tout ça

    Je continue aussi comme je peux à donner du temps pour l’association, pas le moment de flancher , y’a toujours à faire , des trucs sympa , des trucs rasoir , mais toujours en équipe c’est ça qui me booste

    Dans mon boulot , je ne peux pas me réjouir de ça …

    J’ai feuilleté mes pages FB de l’an dernier , celles d’octobre et j’y ai trouvé de bien belles photos

    Ça m’a fait du bien ….

    Celle çi , je l’ai faite vendredi sur le halage

    Belle lumière …

    IMG_6838.JPG

  • Ces derniers jours ...

     

    Le spectacle de vendredi m’a laissé une impression étrange

    Bien sûr le plaisir de remonter sur scène, mais une mauvaise nouvelle tombée le matin même , la douleur inexprimable de notre copine choriste , son fils à elle , fauché à 34 ans …

    Et puis , un truc qui a manqué cruellement après le spectacle ,  le moment où on prolonge tous ensemble avec ceux qui nous invitent

    Là , rien qu’une salle vide et nous plantés en plein milieu .. pas un verre , pas un boudoir ..

    Sur le chemin du retour, Pierrot Bâton a été arrêtée par la gendarmerie , au moins ,elle n’était pas saoule !

    Vous n’imaginez le lot d’âneries qu’on a débité en redémarrant , le rigolade !

    On a quand même prolongé en petit comité à la maison, vers 2 h , Jérôme et César sont rentrés du tennis de table et on a causé avec eux , résultat , 3h30 au lit !

    Le lendemain, super soirée d’anniversaire de Gilles

    J’ai beaucoup dansé, même si j’avais pas la compagnie de mes copains fêlés , j’ai aimé retrouver des personnes , l’ambiance était excellente

    Les filles avaient envoyé une vidéo aux invités , on a appris une chorégraphie assez simple qui a été reprise tout au long de la soirée , c’était vraiment chouette

    Flora a orchestré tout ça admirablement bien , toujours attentive à chacun

    Gilles a reçu plein de cadeaux kitch et désuets , mais qu’est ce qu’il va bien en faire ?

    Couchés à 4 h du matin

    IMG_6864.JPG

    Le dimanche pas assez réactive pour encourager les coureurs du marathon des écluses …

    J’ai eu une énorme frayeur

    La porte de la douche – baignoire s’est décrochée juste après que j’en soie sortie , des milliers de débris de verre se sont fracassés , et quand j’ai réalisé qu’à quelques minutes j’aurais été lacérée de partout , ou Rose qui prend des bains , j’ai pleuré , j’ai estimé la chance du jour

    Plus question de reposer du verre , un plexiglass au pire , un bout de tôle , un rideau , je m’en fous , mais plus jamais de verre , ça fout la trouille tout ça …

  • Impressions du moment

     

    Mes journées sont rythmées par un quotidien moins pesant que ces derniers mois

    Peu de lessives, peu de courses, moins de cuisine

    Rose est devenue autonome dans ses déplacements, elle a un téléphone portable, elle commence à bouger seule , il est temps , j’avais peur pour elle avant , c’est comme ça

    J’ai terminé le rangement du grenier et de la chambre d’amis

    J’ai éliminé des tas de choses, trié , agencé , je suis contente , je vois ce que j’ai stocké

    Je retombe sur des papiers , des photos , des traces du passé sans l’ombre de nostalgie

    J’aime tant ma vie du moment

    Je crois que je n’ai jamais été autant libre et heureuse qu’aujourd’hui, prête à fêter mes 50 ans et pas rien qu’un peu

    Mes journées sont rythmées par des messages qui m’arrivent de partout tout au long de la journée

    Parait que je suis une vraie communicante, ça doit être vrai

    Il se passe des choses étranges, inattendues , des conversations auxquelles je ne m’attends pas , j’écoute , je rassure , je fais au mieux pour être disponible

    Tout cela prend beaucoup de temps, mais , mais , ça vaut le coup , c’est de l’humain derrière , pas des robots , alors ne pas se poser de questions et prendre chaque moment de la journée comme il vient

    Si vous pouviez voir ça , je pense que vous seriez assez subjugués de tenir sur une telle cadence

    Sms , messager , téléphone , mail , dès 8 h le matin , parfois jusqu’à l’extinction des feux

    J’écris , je zifonne , je cause

    Nous avons chanté mardi soir, deux heures d’Envie d’Ailleurs

    La tournée commence ce soir

    La rideau rouge va se lever s’envoler

    Mark va rentrer, remonter sur scène aussi, il est attendu

    Je n’appréhende pas l’arrivée de l’automne , ni celle de l’hiver

    Peut être parce que j’ai passé un bel été, New York est encore tout près dans mon cœur , je garde la lumière , la chaleur de cette ville

    Je voudrais y retourner

    Je le ferai , c’est décidé

    IMG_5541.JPG

     

  • Parlons cuisine

     

    Dans son dernier billet, Mahie nous parle « cuisine « 

    Point de recettes, mais de cette pièce de vie qui fait..rêver

    Ma mère s’est toujours contentée d’une cuisine mal agencée et peu fonctionnelle

    Pas de plan de travail, un évier, une table contre le mur, un buffet et un placard

    Elle s’adapte depuis des décennies et n’a jamais revendiqué mieux

    Je me souviens de l’époque des cuisines aménagées qui faisaient rêver dans les pavillons des seventies, chêne clair ou formica , la grand luxe !

    De nos jours, elles sont parfois repeintes, et j’avoue que depuis, on a joué sur le rangement plus adapté, les tiroirs !

    La notre était en bois quand on acheté la maison, mais vétuste , un jour , nous avons décidé de tout démonter et de refaire , en gardant la même disposition des éléments

    En route chez le suédois , Jérôme avait fait les plans , il a tout posé lui-même , cout des travaux , 2000 euros en tout avec l’électroménager ,bien vu !

    La cuisine communique avec la pièce de vie , et la véranda , j’aime être avec mes invités , c’est un lieu agréable lumineux , deux fenêtres qu’on ouvre jamais et une porte fenêtre qui donne sur une véranda ancienne

    IMG_6809.JPG

    Le modèle est clair, bouleau , et quelques touches de rouge sur les murs

    IMG_6810.JPG

    Les tiroirs sont régulièrement triés et nettoyés

    IMG_6813.JPG

    J’adore les petites niches où je stocke des petits accessoires

    IMG_6812.JPG

    Je n’ai pas de Thermomix mais j’ai un blender !

    Pas de poubelle intégrée non plus , j’aime pas !

    IMG_6814.JPG

    IMG_6815.JPG

    De l’autre côté du mur , nous avons opté pour un grand meuble à tiroir , beaucoup de rangement , surtout pour mes verres

    IMG_6817.JPG

    J’aime beaucoup cet espace, ma cuisine n’est pas hyper bien rangée , y’a souvent des trucs qui trainent , une tasse , un torchon , des bouteilles , c’est chez nous !

  • L'eau polluée

     

     

    Jérôme est parti de bonne heure à Tours pour aider au déménagement de sa sœur , Mark va les rejoindre pour la journée avec Jade et Thibault , Fatima et d’autres

    Rose n’est pas très en forme , maux de gorge et gros rhume

    Je pars au marché, peu de choses à prendre , pas de poulet , je vais pas le manger toute seule

    Je prends quelques radis, et des figues qui me tentent bien, des champignons frais de Saumur

    Dans les étalages tous resserrés, je croise Tristan

    Nous bavardons un bon moment, des choses à nous dire, qui nous ont tracassés durant la semaine, et de nous , nos vies ..

    En redescendant je croise Anne Claire, elle est venue récolter des sous pour aider les malades d’Alzheimer, elle commence à me parler de Claudie , une choriste qui a été hospitalisée cet été , maladie dégénérescente , dur , cruel ,tout juste 60 ans , elle ne reviendra plus jamais chez elle

    Elle me raconte qu’elle part à New York dans quelques jours, et nous échangeons un moment sur cette ville époustouflante

    Jean Jacques et Annabelle s’arrêtent pour nous saluer, on papote un peu , Tristan redescente , il a fini ses emplettes , Anne Claire continue sa quête

    Et là , Jean Jacques nous informe qu’il sort tout juste d’une réunion en mairie , nous conseille de ne pas boire d’eau du robinet , elle serait .. polluée

    Et bien sur , on commence à débiter des âneries , du genre on sera les seuls survivants de la ville , qu’on va devoir s’abreuver au rosé ….blabla

    Francesca arrive vers nous , c’est reparti pour un quart d’heure , ouh là mais il est …midi !

    Je rentre retrouver ma fille qui n’a pas faim , me prépare une assiette de crudités , et je vais acheter un pack d’eau

    Il faut peu de temps pour que FB relaye l’info , c’est assez drôle de lire les réactions , comme si on était sinistrés , intoxiqués

    A moins sens , il va falloir faire un appel aux dons et peut être même que les Enfoirés vont devoir faire une chanson pour soutenir le peuple lavallois

    Bref !

    Voici quand même une photo du rayon du supermarché le lundi !

    IMG_6774.JPG

    Évidement , les plus égoïstes ont acheté des dizaines de packs d’eau , sans penser une minute que le stock va manquer

    Je n’achète jamais d’eau minérale, ça me gave les bouteilles vides en plastique

    Rassurez vous , le lundi soir , l’eau du robinet était à nouveau buvable

    Dans l’après midi, j’ai jardiné , et j’ai fait de la confiture de rhubarbe

    Lavée à l’eau, bien sur

  • Le bal contemporain

     

    En juillet Carla m’avait parlé d’un projet dansant et j’avais noté la date, elle m’avait dit «  ce sera marrant « 

    Kate la compagne de Thierry était aussi de la partie

    Explication :

    Notre petite ville accueille chaque année le festival du Chainon Manquant

    75 spectacles répartis dans divers lieux , durant 4 jours , saltimbanques , acteurs , danseurs , musiciens présentent leur créations et les cultureux viennent faire leur marché

    Beaucoup de bénévoles sont de la partie, un grand succès , c’est vraiment un week end animé pour les lavallois

    Carla m’a donc conviée à un bal contemporain samedi soir

    Elle avait participé à des ateliers où un chorégraphe avait initié les « capitaines «  à des danses , mouvements , et ils avaient pour mission d’entrainer les autres

    Allons voir..

    Je n’étais pas emballée par les concerts proposés avant, j’ai quitté la maison vers 23 h , le bal commençait à minuit

    L’endroit est magnifique, Square de Boston, le Maggic Mirors est un chapiteau déco «  art nouveau « , piste de danse au milieu , et petites loges sur les côtés

    En arrivant , j’ai aperçu Jérémy et Sofia , nous nous sommes salués et je ne les ai pas revus

    Mon copain César était à l’entrée, j’ai aimé le spontanéité de son fils Martin qui est venu me voir , il a changé

    C’est Thierry qui faisait les entrées , nous avons pris , avec difficulté un billet

    Quand le groupe a commencé à joué ,naturellement  les danseurs sont venus vers nous , c’était … étrange au début , ils mimaient , se déhanchaient , y’avait des symboles dans leurs gestes , ouh la , la danse contemporaine , pour moi , une ancienne folkeuse

    Carla était hyper dynamique, et très vite , on s’est pris en jeu , et surtout , on était hilares !

    Faut dire qu’il y avait du spectacle partout

    J’ai dansé durant les trois séquences, jamais seule puisque nous étions sans cesse initiés par les capitaines

    Heureusement , j’étais en bonne compagnie , beaucoup regardaient autour de la piste

    Autant vous dire que je n’avais pas froid !

    Y’’avait un type à moitié en transe au milieu, bon … chacun son truc

    C’était marrant, crevant aussi, je pense avoir perdu au moins un kilo

    Carla était heureuse de notre présence, elle se sentait en confiance , et nous avons une fois de plus partagé un moment joyeux

    Je suis rentrée vers 1h 30 peut être, trop énervée pour m’endormir

    La vie est faite de surprises, de partages, je n’ai plus aucune raison de me priver de ces moments là

    J’ai vécu un moment étrange, mais joyeux , ah oui  , ça on a rit , vraiment !

  • Notre amour d'un été

     

    Balayé par septembre
    Notre amour d'un été
    Tristement se démembre
    Et se meurt au passé
    J'avais beau m'y attendre
    Mon coeur vide de tout
    Ressemble à s'y méprendre
    A Paris au mois d'août

    De larmes et de rires
    Était fait notre amour
    Qui redoutant le pire
    Vivait au jour le jour
    Chaque rue chaque pierre
    Semblait n'être qu'à nous
    Nous étions seuls sur terre
    A Paris au mois d'août

    Un summer love dirait on aujourd’hui

    Un amour de vacances , éphémère et passionné

    Je n’ai pas eu de vrai amour de vacances , pas assez jolie , trop farouche , trop isolée peut être

    Est-ce que j’aurais aimé pleurer un amour perdu durant l’automne ?

    Je me souviens des filles qui évoquaient leurs amourettes de camping , de leur tristesse , de leur espoir

    Je n’ai pas vécu d’histoire d’amour pour un été seulement

    J’ai rencontré un homme un été , nous nous sommes aimés plus qu’un été ….

    C’était une belle histoire , dont je garde un tendre souvenir

    Aznavour a écrit un texte magnifique , il a mis en musique avec une sensibilité rare

    Bon sang que c’est beau ça , imaginez ,chanter cette ode à l'amour , c’est quelque chose d’énorme, cette rythmique ….toute l’émotion qui s’en dégage , il y en a peu des  perles comme ça , c’est plus qu’une chanson , c’est un trésor musical

    "Paris au mois d’Aout", c’est comme un tableau de maitre dans un musée , sans s’y attendre ça bouleverse le cœur , ça chavire , ça évoque en chacun de nous le meilleur et le pire

    Les rires et les larmes de la vie

    C’est plus que beau , c’est grandiose

     

  • Les figues rouges

     

    Juliette m’appelle pour me demander quelques conseils pour l’achat d’un nouveau PC , enfin elle voulait avoir l’ avis de Jérôme mais il est encore enfoui sous une voiture

    Il pleut, beaucoup ce matin là , je n’irai pas au marché , pas envie d’être trempée

    Un peu plus tard, accalmie , je me décide d’y aller vite fait

    En montant, je croise Tristan , on parlotte un tout petit peu , je lui dis que je suis pressée …

    A quelques mètres, mon Député , pas revu depuis quelques mois  , je vais lui faire un petit coucou

    Toujours accueillant, toujours la même spontanéité, nous échangeons face aux réactions excessives des mayennais sur le Net qui ont peur des réfugiés, comme si ils allaient perdre leurs biens , leurs sous , leurs allocations …..

    Je lui propose un apéro à la maison, à l’automne, il est partant , c’est un homme convivial et sympa , je ne vois plus en lui l’ex ministre , maire … c’est un copain et voilà tout

    J’achète des légumes, plus de radis, mais des figues rouges qui me tentent bien, une barquette dans le sac , mon papa adore ça , il n’en mange jamais

    Je sais que je vais lui faire plaisir

    Je file dans les allées, mes parents vont arriver, pas question de ne pas être là pour les accueillir

    Un peu plus loin, Tristan m’interpelle, il a rencontré Bénédicte ,nous remémorons les clés de Binic et gros éclats de rire ! j’aime bien ce petit monde resserré, ces complicités de villages

    Juste le temps de ranger tout ça , éplucher des légumes pour notre déjeuner , de beaux champignons , concombre , carottes et pommes de terres

     La Touinego descend  le chemin, Louis est au volant  , il ont apporté un poulet fermier , nous le mangerons le lendemain , de la salade , des poireaux , des haricots et des œufs

    Nous déjeunons dans la véranda , la lumière est généreuse, j’ai fait des tournedos , un régal !

    Louis a fait un flan à la vanille

    J’offre des chocolats à mon père qui vient de fêter ses 78 ans , il est ravi , je fais des photos , Louis aussi , nous dégustons les figues rouges , il est sensible à ce geste , ne le dit pas ,mais ça se lit dans es yeux

    Maman cajole les chats , nous passons 24 heures ensemble

    Je leur parle de mes 50 ans, ils seront tous là , heureux à l’idée de revoir du monde

    Rassembler tant que les proches sont là , pas dans 10 ans , pas pour les sépultures ….

    Mon père nous a dit qu’il ne voulait pas qu’on l’enterre avec ses décorations militaires , ça nous a fait rire , faudra les garder … c’est noté

    11990489_10205002115918593_4021313053171362758_n.jpg

  • La virée de Binic

     

    Chaque année, début juillet , la troupe propose une virée chantante

    Ceux qui peuvent, veulent, embarquent tous ensemble pour une destination souvent de bord de mer, toujours même .

    C’est une journée d’insouciance, pas de galas , pas de stress , quelques horaires à respecter , et faut juste pas en perdre en route

    Cette année , nous étions à Binic( côtes d’Armor , Bretagne nord ) , arrivée sous un soleil généreux alors qu’il tombait des seaux à Rennes

    Un café vite avalé, quelques flyers sur le vide greniers et la troupe vêtue de blanc a offert à ceux qui passaient par là une aubade de quelques chansons , nous on ne déplace jamais sans donner la voix

    Après ça , direction le restau qui avait assez de place pour accueillir les 130 chanteurs lavallois , apéro , repas et braillage !

    Nous nous lâchons carrément en reprenant des titres des années passées, défouloir total, pas de public !

    Et là , et là , mince , je tousse , je crache , plus de voix !

    Ah non , j’ai déjà souffert  à la première « d’envie d’ailleurs » , je cherche des pastilles , je récite mon chapelet , je veux chanter encore moi !

    Théodore me dit «  tu parles plus »

    En pensant «  elle en est incapable …. »

    Nous revoilà un peu plus tard sur la plage et oh !!!!!!! Anne de Bretagne , blogueuse du siècle dernier a fait le déplacement , c’est vraiment bon de se revoir , vraiment !

    Je cause quand même, et …miracle , je vais pouvoir chanter

    Vers 17 h , nouvelle  aubade , beaucoup de monde et balade sur la plage , avant d’avaler un sandwich et remonter dans le car

    Assez calme le trajet, convenons en

    Les deux autocars arrivent à la nuit tombante , vers 22 h 30 , on se quitte pour l’été , quelques bises

    Bénédicte s’apprête à ouvrir la porte de sa voiture, pas de clés, elle cherche, en vain !

    Rien

    Pierrot Bâton et moi lui venons à l’aide , la pauvre , elle est énervée

    Je parviens à joindre Gwen , qui appelle le chauffeur du car , s’arrête en route et commence à chercher les fameuses clés , trouvées !

    Après pas mal d’appels, on est soulagés , mais visiblement ça se bouscule pas pour emmener Edith sur le bord de la route , à quelques 25 km de là , où le chauffeur attend

    Allez zou !

    Nous voilà reparties route de Rennes, on se marre dans la voiture , la pauvre Bénédicte est toute embêtée et on lui dit que rien est grave

    Rentrées à …23 heures 30

    On a réussi à retrouver le chauffeur, les clés et …Ma voix !

    Et j’ai revu ma Bretonne et son JP

     

    IMG_5023.JPG

  • Meli mélo

    Beaucoup de choses cette semaine

    Un sms matinal qui m’annonce la naissance d’un petit garçon , et je suis ravie , heureuse pour Paul et Eléonore , nous avons fêté les noces de coton en juillet , chacun nouvelle vie est un cadeau , un commencement , une aventure …

    Et puis la rentrée chantante, un tourbillon mardi soir

    Beaucoup de choristes, heureux de revenir chanter, découvrir le nouveau répertoire , remonter bientôt sur scène

    Nous avons accueilli des nouveaux, pas de place pour tous, aucune pub cette année , une audition qui tranchera , dur de devoir refuser des amateurs …

    Et le plaisir immense de chanter, ça me manquait , je me questionne pour faire la semaine chantante l’été prochain , ça me tente de plus en plus , pas facile de lâcher la famili

    Je vais amorcer la question..

    Ellen est passée mercredi , nous avons vidé , rangé trié les combles

    J’ai besoin d’y voir clair , nous avons évoqué l’éventualité de quitter cette maison , on ne sait jamais de quoi l’avenir sera fait

    Y’a trop de voitures aussi , ça ronge un peu l’espace extérieur

    Je vends, je donne , je ne consomme plus  rien mis à part les aliments

    J’aime l’idée de ne plus acheter, ni livres , ni objets , changer ce qui est usé et garder l’essentiel

    Mark est vraiment  heureux dans sa nouvelle vie et c’est un régal de l’entendre

    Il rentrera encore ce week end

    Mon père a eu 78 ans, nous fêterons ça avec eux , il avait envie de venir à Laval et ça m’a fait énormément plaisir

    Ellen a validé ses examens, elle est tellement heureuse , tant d’efforts récompensés

    J’ai rentré du bois dans la cave , cueilli des framboises , fait de la confiture d’abricot

    La Grizoune a eu deux chatons  , on dirait des souris

    La mimine cajole son fils unique , il a déjà 3 semaines

    IMG_6616.JPG

    Des chatons qui animeront la maison , et feront des heureux

    Rose a intégré un ensemble vocal au Conservatoire , ils sont 7 , c’est courageux , se confronter à des plus grands , tous lycéens , elle est motivée , aime tant chanter

    Je sais … c’est pas un hasard

    Chanter , c’est …Pfiou , la plus belle chose qui s’offre à nous , à tous ceux qui ont cette chance ultime d’avoir une voix , pas une belle voix , juste une voix .

    Si un jour je devais la perdre … je serais anéantie

     

  • Une semaine déjà

    Mark est reparti dimanche soir

    Je l’ai déposé à la gare où il avait rendez vous avec un covoiturage

    Le même conducteur qui avait fait le trajet Blois Laval vendredi dernier

    Je n’ai pas du tout eu le cafard

    Lui non plus

    Il était prêt, nous l’avons retrouvé heureux , libre , serein

    Il gère son quotidien, aime bien son petit studio , la ville, il a conscience que les études seront corsées, pour se donner les moyens de ne pas être tenté par les jeux d’écran , il n’a pas pris son PC fixe

    J’espère qu’il ira au bout, au moins jusqu’au Master

    Il doit s’accrocher

    Mark est arrivé avec son easpack au dos , pas de valise , il avait fait ses lessives dans la semaine

    Autonome mon gars !

    Il loue un studio dans une ancienne usine de confection de haute couture , Jean Pierre , le propriétaire , est artisan , il se déplace en camionnette , la cinquantaine , il aime les jeunes , il n’aime pas Ben , par contre , enfin , il n’est pas sensible à la quantité de petites citations qui ornent le mur de la » fondation du doute « 

    mur-des-mots-6.jpg

    photo du net

    Rose a bien intégré l’idée de sa nouvelle vie sans frère et sœur au quotidien

    Elle aime les retrouver mais ne s’ennuie pas du tout

    Au collège elle a sympathisé avec l’AVS d’une élève de sa classe , une ancienne journaliste qui semble aimer bavarder avec elle , une rencontre merveilleuse m’a-t-elle dit , Rose aime les adultes ,elle ne cherche en rien la popularité du groupe

    Je suis heureuse pour Mark , il a fait du chemin , il est vraiment capable de prendre son envol , nous avons certainement contribué à ça , et il a grandi

    Sa chambre est vide , mais je ne me sens pas capable d’accueillir des syriens … j’avoue

    J’ai beaucoup moins de courses à faire , moins de cuisine aussi , le soir venu pas de « qu’est ce qu’on mange ? »

    Rose a un appétit de moineau, je fais des veloutés de courgettes , des salades de choux , carottes ….

    Le pain bien emballé fait deux jours

    Mark n’a pas quitté la maison , il réside ailleurs , dans une autre ville qu’il n’a pas mis de temps à apprivoiser

    C’est apaisant …

    IMG_2791.JPG

  • Ce jour là

    Nous avons quitté Washington ce matin vers 9 heures direction Jersey City afin de rendre le véhicule que nous avions réservé pour quelques jours

    Vers 14 heures , nous étions dans l’agence de location , et nous avons trouvé une bonne combine pour rejoindre l’aéroport tous les 6

    Vers 16 heures nous étions à Newark , notre décollage était prévu à 20 h 25 , pas de retard ..

    J’ai aimé revoir Manhattan une dernière fois à la nuit tombante, regarder des heures par le hublot le ciel soudainement teinté d’une lueur rouge , m’annonçant le lever du soleil alors qu’il n’était que 1 heure du matin

    Ce long jour de transfert, Jérôme a eu 50 ans

    Je lui avais suggéré de faire une petite soirée , à la maison à la fin de l’été

    Il s’est lancé dans les invitations et

    Tout le monde a répondu présent

    Nous étions 30 dans la véranda vendredi soir

    J’ai tout préparé , cakes , feuilletés , salades de crudités , de fruits , verrines panaccota , deux jours bien remplis pour accueillir tout ce monde amis

    Ce fut une vraie soirée de fête , les uns les autres se sont bien mélangés , personne n’est resté en retrait ou sur la touche , je ne doutais pas de le faculté d’intégration de chaque personne

    Jérôme était entouré et il a aimé ça

    Simplement

    Les derniers sont partis vers 3 h

    Et le lendemain matin, nous avons rangé , lavé , trié

    Il ne faut pas se priver de ses moments là

    Il y en aura encore d’autres dans l’année

    Rassembler les proches , se resserrer , rire et s’amuser

    J’ai aimé cette soirée là, tout était vraiment riche et sincère

    Nous abordons sereinement ce passage là , les uns après les autres

    Il y avait des cœurs tourmentés et alourdis par de vrais tracas de la vie

    Ce soir là , les copains et le reste , le bon vin ont mis la parenthèse

    Il reste encore quelques verrines à ranger, des cartes à stocker et une belle caisse de bouteilles remplies et garder et partager

    IMG_6324.JPG

  • Le parachute

     

     

    Dans chaque famille , il y a des rituels , des objets qui passent de générations en générations , un tonneau , une montre , une cloche ,un fauteuil ……

    Dans la famille de ma mère , y’a le parachute

    Attention , n’allez pas imaginer une minute que lors de cousinades ou communions , les uns après les autres nous avons sauté dans l’air , pas ça dut tout !

    Le parachute servait à la déco

    Dans les années 60 70 , les banquets de familles se faisaient dans une grange, un hangar , ou un sous sol pour les riches qui avaient fait construire

    Dans les films , ça se passe dehors , un dimanche à la campagne , ambiance Renoir , chapeau de paille , et paniers en osier , dans la Manche , il fait froid , il pleut , on se rentre !

    J’ignore qui a trouvé ce parachute du débarquement de 44 , à quel endroit , y’avait il encore un soldat américain ficelé à la toile, ?

    La toile blanche du parachute aurait pu servir à coudre des jupes en soie pour les filles, des rideaux , mais elle est restée en état

    Pour les banquets, elle servait à cacher les poutres sombres du toit , les murs de poussières on n’a pas trouvé mieux , ça faisait bien la soie , propre , classe quoi

    Beau recyclage !

    Les mains agiles auraient pu coudre du fil d’or dessus, ça aurait fait un parachute doré

    Il y avait une technique pour installer le parachute, trouver le centre, tendre la toile, ne pas la déchirer , y’en a qui savaient faire ça

    Quand mes parents ont fêté leurs 40 ans de mariage dans le garage de la Visa , on a ressorti le parachute  ,et ça faisait marrer Jérôme qui trouvait ça hors du temps ( c’est son expression favorite )

    Je pense que mon oncle Jean a toujours conservé ce parachute, est ce que ses enfants en connaissent l’histoire ?

    Et si un jour, quelqu’un vidant la maison, tombe sur cette toile précieuse , perplexe

    «  C’est quoi ce truc, on balance hein ? « 

    Je pense au soldat

    Je pense à mes grands parents qui ont vécu pleinement le débarquement

    Je pense à notre histoire familiale

    Mais c’était la notre, pas la leur ……

     

    Merci Antiblues de m’avoir remis en mémoire cette anecdote

  • Pas loin

    Merci pour vos passages

    je reviens , dès que je peux , répondre à vos commentaires , lire vos blogs

    Avec Ellen , nous accompagnons Mark qui quitte la maison , pour d'installer à Blois , c'est pas la guerre , juste une nouvelle étape

    la maison qui se vide

    je ne sais pas comment je vivre ça

    je sais , je sais , c'est la vie , c'est bien , je sais ....

    Des tracas professionnels , des choix à faire , des trucs qui me tombent dessus

    Ce matin j'ai envoyé des petits mots de soutien à mes amis qui retrouvent le chemin du bureau

    je ne reprends que début Octobre

    Septembre pointe son nez

    Je l'espère doux et serein

    IMG_5813.JPG

  • Bricquebec

    Mon père conduisait l’ami 8 sérieusement , au « bourg neuf » , clignotant à droite , direction Breuville , puis Rauville la Bigot et son église , son marchand de chaussures , traversée de Quettetot , un trou , rien que d’y penser , pire que Breuville , nous arrivions après deux virages et une descente ,Bricquebec.

    Je n’allais pas à Bricquebec avec mes parents pour me promener, j’y allais voir le docteur

    Souvent, très souvent

    Je n’aimais pas ça , bien sur , on me trouvait des trucs improbables , je me souviens rarement d’avoir décrit une douleur , j’allais voir le médecin parce que j’étais malade , tout le temps il parait …

    Le docteur, un jeune médecin un tantinet vaniteux me donnait des tas de trucs à avaler et régulièrement , prise de sang

    J’allais faire la prise de sang à la pharmacie, il fallait attendre, je regardais les présentoirs à rouge à lèvres , des trucs en plastique , des pots , des étagères remplies de drogues comme disait ma grand-mère

    Le pharmacien était un homme sérieux en blouse blanche

    Je me souviens , il m’emmenait dans une petite pièce , posait un élastique qui me serrait le bras , douleur , puis , piqure ,liquide rouge  ,flacon

     je disais rien, j’étais une gamine docile

    J’ai bouffé des tonnes de médicaments en provenance de Bricquebec et une fois dans l’année , on y retournait voir mes cousines affublées de robes à flonfons sur les chars de la Sainte Anne

    Je détestais Bricquebec, tant de souvenirs  ternes , gris , mortifères .

    Un jour , j’ai tout balancé

    Tout

    Les médicaments, la famille, j’ai dit «  stop , fini « 

    Et j’ai commencé à vivre

    Pendant des années , je n’ai plus voulu remettre les pieds à Bricquebec

    J’y suis retournée une fois , au marché , j’avais envahie d’un sentiment amer , je ne pouvais plus revivre un tant soi peu tous ces souvenirs

    Je n’ai jamais idéalisé mon enfance

    Mais , mais , tout cela été fait pour me protéger , mon père avait peur , il me pensait malade , il faisait tout pour me soigner.

    Et c’est pour cela que j’ai grandi dans une sécurité constante, mes parents ont toujours eu le souci de s’inquiéter pour leurs enfants , toujours , aujourd’hui encore

    J’ai appris à lutter contre les maux , à soigner mes « nerfs « 

    On disait ça «  c’est les nerfs « 

    J’étais trop émotive, trop réservée

    Il fallait juste qu’on me donne la force de sourire, puis de rire

    Je ne suis jamais malade , jamais

    Les petits maux , je les soigne moi-même

    J’ai le sourire aux lèvres, le rire dans le ventre , les yeux qui pétillent

    Je suis heureuse de ce que je suis devenue

    Il fallait juste quitter Bricquebec

    Et le méchin

    Bricquebec 0909e.JPG

     

     

    photo du net